• Exposition (V) Bis J2

    Doisneau et les Halles
    Deuxième partie : Au fort de l'activité : les Halles : du coeur au ventre !

    Vous le constaterez aisément : cette expo est "confortable" : on ne s'y marche
    pas sur les pieds malgré la fréquentation : c'est que les pièces sont vastes et la
    scénographie bien conçue.

    Exposition (V) Bis J2

    "Prenez une langue, un morceau de tête de cochon, une tranche de veau piqué,
    dit la charcutière patiemment"
    (Emile Zola, Le Ventre de Paris, 1873)

    Voici une photo de déjeuner sur le pouce qui me laisse pantoise :

    Exposition (V) Bis J2

    Les jeunes filles ne semblent absolument pas gênées devant devant la boutique
    du taxidermiste : l'accumulation de rats morts n'entame pas leur bel appétit !

    Et autour, une curieuse humanité ...

    Exposition (V) Bis J2

    et ses victuailles de toutes sortes : viandes, poissons, fruits, légumes ...

    Exposition (V) Bis J2

     La marchande de frites, 1968.

    "- Il ne vous faut rien autre chose ?
    - Ma foi, puisque je me suis dérangée, dit la sarriette, donnez-moi une livre de
    saindoux ... Moi, j'adore les pommes de terre frites, je fais un déjeuner avec deux
    sous de pommes de terre frites et une botte de radis ... Oui, une livre de saindoux,
    madame Quenu."

    (Le Ventre de Paris)


    On a l'impression qu'il s'agit d'un autre siècle, non ?
    Ah, c'est vrai, il s'agit vraiment d'un autre siècle !
    Mais je voulais dire, encore avant, non ?

     

    Les poissons  semblent remonter le cours de l'étal, non ?
    (ce n'est plus comme ça, si ?)

    Exposition (V) Bis J2

    "Il y avait encore des rougets de roche, à la chair exquise, du rouge enluminé des
    cyprins, des caisses de merlans aux reflets d'opale, des paniers d'éperlans, de petits
    paniers propres, jolis comme des paniers de fraises, qui laissaient échapper une
    odeur puissante de violette"
    (Le Ventre de Paris).

     

    "Et derrière, les neuf autres tombereaux, avec leurs montagnes de choux,
    leurs montages de pois, leurs entassements d'artichauts, de salades, de céleris, de
    poireaux, semblaient rouler lentement sur lui et vouloir l'ensevelir, dans l'agonie de sa
    faim, sous un éboulement de mangeaille.
    (Le Ventre de Paris)

    Exposition (V) Bis J2

    Les petits oignons                         La salade
       1965                                         1967

    "On ne voyait que l'épanouissement charnu d'un paquet d'artichauts, les verts délicats
    des salades, le corail rose des carottes, l'ivoire mat des navets."

    "Il s'étonnait du calme des maraîchères [...] Derrière lui, sur le carreau de la rue
    Rambuteau, on vendait des frites. Des rangée de bourriches, de paniers bas, s'alignaient,
    couverts de toile et de paille ; et une odeur de mirabelles trop mûres traînait."

    (Le Ventre de Paris)

    Exposition (V) Bis J2

    Rue Rambuteau, 1946

    Aux Halles, on ne vendait pas que de la nourriture : on trouvait aussi tout un monde
    végétal : fleurs, plantes vertes
    (Aparté : cette photo a entre autres pour moi l'intérêt d'illustrer la célèbre appellation
    des crémiers, il n'y a pas si longtemps : Beurre Oeufs Fromages, siglé aussi B.O.F.,
    même si aujourd'hui, spontanément, cela évoque plutôt la bande originale de film ...)

     

    Exposition (V) Bis J2

    Cette photo date de 1969 et m'étonne à deux titres : d'abord parce que je ne savais
    pas qu'à cette date on trouvait déjà des sapins floconnés, et aussi parce que cela a
    été pris en février !!!


    FIN DE LA DEUXIEME PARTIE

    _____________ Cliquez sur les images pour les voir en grand ____________________

    « Exposition (V) Bis J1Exposition (V) Bis J3 »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :