• Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

    Une quatrième série de photos des expositions des
    "Rencontres de la photographie"
    à Arles.

      

    Christian Lutz - Eldorado

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    L'histoire d'un pays qui brille de mille feux et que tout le monde peut rejoindre. Il y a des mots
    pour ça : eldorado, mirage, paradis, chimère, utopie, Lampedusa. C'est l'histoire de ces bateaux
    qu'on appelle ici kwassas kwassas, ailleurs barque ou pirogue ou navire (…). C'est l'histoire de ces
    êtres humains qui se retrouvent sur ces bateaux et on leur a donné de ces noms à ces gens-là,
    depuis la nuit des temps : esclaves, engagés, pestiférés, bagnards, rapatriés, Juifs, boat people,
    réfugiés, sans-papiers, clandestins.
    (Nathacha Appanah)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    Tu vois quel est mon Eldorado, ma terre promise: c'est un rêve comme un autre; mais il a cela
    de spécial que je n'y introduis jamais aucune figure connue; que pas un de mes amis n'a franchi
    le seuil de ce palais imaginaire.

    (Théophile Gautier)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    Et puisque qu'on est à Macao dans cette série de Christian Lutz, écoutez donc 
    Macao par Le grand orchestre du Splendid

      

     

     

     

    Evangelia Kranioti - Les vivants, les morts et ceux qui sont en mer

    Evangelia Kranioti arpente les confins du monde, saisissant des destinées individuelles prises dans les mailles du commerce des hommes. Ports de fret, artères autoroutières, coulisses d’un carnaval, cimetières, ruines de guerre… ces lieux convoquent tout autant d’incessants transits que des vies immobilisées, clouées au sol ou sur mer. Dans le projet Exotica, Erotica, etc., ce sont des marins au long cours qui guettent les escales pour nouer des amours passagères et tarifées. Dans Obscuro Barroco, c’est le milieu queer qui se déploie à Rio de Janeiro. Dans Beirut Fictions, ce sont des domestiques venues d’Afrique ou d’Asie astreintes à un pays, le Liban, où elles demeureront désespérément étrangères. Enfin, dans un des volets du projet Era Incognita, ce sont les vivants qui migrent vers la demeure des défunts dans les nécropoles du Caire. Au cœur de son travail, des visages et des corps se répondent alors en reflets par-delà les océans. Evangelia Kranioti tisse ainsi la cartographie d’une marge fragile qu’elle place littéralement au centre. La fresque d’une communauté d’exclus dépassant les contours d’une Méditerranée, matrice d’exils.
    (Léandre Bernard-Brunel) Extrait du site des rencontres d'Arles.

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    L'éternité C'est la mer mêlée Au soleil.
    (Arthur Rimbaud)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     je ne sais pas parler de la mer. Tout ce que je sais c'est qu'elle me débarrasse soudain de
    toutes mes obligations. Chaque fois que je la regarde, je deviens un noyé heureux.

    (Romain Gary)

     

     

     On Earth - Sur Terre

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

    Dès son origine, la photographie a attesté de la relation paradoxale liant l’homme, la nature et la
    technologie. Dans le sillage des grands photographes paysagistes du XIXe siècle, une nouvelle
    génération d’artistes s’est emparée des techniques d’imagerie contemporaines pour révéler et
    questionner notre relation au monde naturel. La photographie nous permet d’observer ce monde
    et la façon dont nos existences l’affectent. Mais peut-elle aussi servir de catalyseur à de nouvelles
    manières d’interagir avec notre environnement ?
    (Extrait du site des rencontres d'Arles.)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    L'enfer après la mort auquel ton Dieu nous condamne n'existe pas. L'enfer, c'est nous qui le
    faisons exister sur terre en nous trompant dans nos choix. La vie n'est pas quelque chose qui
    nous arrive, nous en sommes nous aussi responsables.
    (Karin Alvtegen)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

    Il pensait aux mouches qui vivent quelques heures, aux bêtes qui vivent quelques jours,
    aux hommes qui vivent quelques ans, aux terres qui vivent quelques siècles. Quelle différence
    donc entre les uns et les autres ? Quelques aurores de plus, voilà tout.

    (Bel-ami - Guy de Maupassant)

     

     

    The Immaculate - Hanako Murakami

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     Et sur cette nature encore immaculée
    Qui du verbe éternel avait gardé l'accent,
    Sur ce monde céleste angélique, innocent ...
    (Victor Hugo)

     

     

    Variétés , Revue d'avant-Garde

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    Le rythme de la ville n'est ni celui de l'éternité ni celui du temps qui passe mais de l'instant qui
    disparaît. C'est ce qui confère à son enregistrement une valeur documentaire autant qu'artistique.
    (Berenice Abbott)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    D’un seul déclic, l’objectif enregistre le monde à l’extérieur, et le photographe à l’intérieur.
    (Germaine Krull) 

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    Le peintre est généralement plus fier de son art que le photographe du sien, et c’est un tort
    pour le photographe.

    (Man Ray)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

    Je suis venue à la photographie comme un canard à l'eau. Je n'ai jamais voulu faire autre chose.
    L'inspiration que le sujet éveille en moi est la tension qui me pousse au-delà de la montagne de
    servitudes nécessaires pour produire la photographie finale.
    (Berenice Abbott)

     

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     Ah, les chaussettes dans les sandalettes, tout une poésie d’outre-Rhin ...

     

    Disons d'abord ce que la photographie n'est pas. Une photographie n'est pas une peinture, une
    poésie, un symphonie, une danse. Elle n'est pas simplement une jolie image, ni un pur exercice de contorsionisme technique ou de recherche du tirage parfait. Elle est ou devrait être un document
    significatif, une déclaration pénétrante, qui peut être décrit par un terme très simple – sélectivité.

    (Berenice Abbott, Infinity" magazine, 1951)

     

     

     

    La Sortie

    La semaine de visite a été longue, je vous propose un peu de repos dans ce cloître,

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     version noir et blanc ou couleurs ?

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

    Se contenir est plus malaisé que se mutiler. Se priver tous les jours est plus difficile que se
    sacrifier une fois. Le sage dans le monde est plus grand et plus héroïque que le sage dans le cloître.
    (Victor Hugo)

     

    Ou allez prendre l'air sur la place ! 

    Une semaine à Arles. (Quatrième semaine !)

     

     

    A suivre... (si vous le voulez)
    N'oubliez pas le guide.

    _____________ Cliquez sur les images pour les voir en grand ____________________

    « Huit barréle Porte Drapeau ! »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 6 Janvier à 09:09

    Whah ! Quel boulot, et quel beau boulot, ce reportage. Et ces photos ... ces lieux ... C'est malin, tu ne me donnes ce matin envie que d'une chose : me plonger, complètement, dans ce monde-là, de l'art, de la photo, et de cette ville qui l'incarne tant. Merci !
    (Et pour le cloître, je préfère la photo en "noir et blanc")
    Bonne journée à toi et merci encore pour l'évasion.

      • Lundi 13 Janvier à 19:48

        Oui, c'est toujours un long travail ce genre de reportage, et il m'en reste des photos d'Arles, alors peut-être un jour une semaine supplémentaire :-))

        Grand merci à toi Nikole pour ton passage fidèle sur ma page
        PS: je ne sais pas pourquoi je demande entre le noir et blanc et la couleur, je connais ta réponse :-))

         

    2
    Lundi 13 Janvier à 11:18

    Je viens de temps en temps, (et aussi sur aminus). J'aime ce que vous faites, et comment vous le présentez... (les citations...)

      • Lundi 13 Janvier à 19:50

        Un très grand merci Eva-Maïa, revenez quand vous voulez, n'hésitez pas à me laisser un petit mot :-)
        J'ai moi bien du mal à aller voir le travail des autres, trop pris par un travail envahissant et beaucoup de déplacements.

        Encore merci et bonne semaine.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :