• Une sixième série de photos des expositions des
    "Rencontres de la photographie"
    à Arles.
    du temps ou l'on avait encore le droit de sortir ... :-(

     

    Home Sweet home.

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     Cliquez sur l'image pour lire le texte.

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    The key to happiness is under the doorstep rug.
    (Ljupka Cvetanova)

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    It is not my wish to stay home so much that I become isolated, but to use the comforting
    influence of my home to restore and gather myself after each step I take in my expanding
    ability to participate in the world.

    (Maureen Brady) 

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    Les gens vivent ensemble dans les mêmes maisons toute leur vie et à la fin ils sont
    toujours aussi éloignés les uns des autres.

    (James Joyce)

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

     

     

    Ecoutez donc Home Sweet Home par Motley Crue

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    Home was truly the best place he could possibly be, but, alas, was not an available option.
    (Kenneth Eade)
     

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

     

    Ou encore  Sweet Home Alabama par Lynyrd Skynyrd

     

     

    L'homme construit des maisons parce qu'il est vivant, mais il écrit des livres parce qu'il se sait mortel.
    (Daniel Pennac) 

     

     

     

    Lët’z Arles
    Claudia Passeri et Krystyna Dul.


    La participation luxembourgeoise aux Rencontres internationales de la Photographie d'Arles
    pour la 50e édition.  

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

    Claudia Passeri est une artiste conceptuelle qui travaille avec le médium photographique.
    Son œuvre, qui questionne la réalité et le pouvoir des images, est fortement liée au contexte
    historique et/ou à l’actualité sociale, politique et environnementale.
    Avec Aedicula, elle soulève la question du statut de l’image et de l’information massive ainsi que
    la difficile construction du discours historique. Elle interroge le rôle de l’humain dans son
    environnement et invoque avec pertinence notre faculté de résistance .
    (Extrait du site RTL)

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

    Krystyna Dul est une artiste visuelle qui met l’accent sur les histoires personnelles en réfléchissant
    sur l’énergie des gens, leurs sentiments, leur état d’esprit et leurs obsessions.
    Pour Arles, elle propose "Resonance" qui nous transpose dans un univers intimiste où se
    répondent des réalités et des fictions sous forme de narration visuelle fragmentée.
    (Extrait du site RTL) 

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    Le surréalisme avec son aspect ambigu de chapelle littéraire, de collège spirituel, d'église et de
    société secrète n'est qu'un des produits de l'après-guerre.

    (Jean-Paul Sartre)

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    La pluie, toujours un roulement, une cadence, un martèlement ténu. Avec ses accents, ses
    syncopes, ses résonances différentes sur les vitres, les balcons, les parapets de pierre.

    (Jean-Christophe Grangé) 

     

     

     

    The Anonymous Project.

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

    Cliquez sur l'image pour lire le texte.

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     J'ai des boites de diapositives et peut-être encore quelque part une visionneuse similaire ...

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

     

    Anonyme de Jeanne Moreau

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     
    Mon but : devenir un anonyme du XXe siècle
    (Guy Béart)

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

    La masse, comme telle, est toujours anonyme et irresponsable.
    (Carl Gustav Jung)
     

     

     

    Corps Impatients
    Photographie Est-Allemande 1980-1989.

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    Elle aimait ce moment d'incomparable douceur (l'arrivée du sommeil) où la conscience s'éteint
    peu à peu, tandis que les sensations du corps s'évanouissent dans le bien-être de l'oubli.

    (René Barjavel)

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

    Cliquez sur l'image pour lire le texte.

     

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    Ils portent une blessure invisible, qu'ils ne peuvent oublier car c'est cela que le corps cicatrise l
    e moins bien, les maladies qui n'ont pas de nom. Elles se taisent et n'osent rien avouer.

    (Yves Simon)

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

    Cliquez sur l'image pour lire le texte.

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    Mes jours terrestres coulent comme une rivière étroite et mon âme s’y cramponne au radeau
    vivant de mon corps. Je le laisserai quand la traversée sera accomplie. Alors… ? Peut-être que
    là-bas la lumière et l’obscurité sont semblables….

    (Rabindranath Tagore )

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    Malheureuse condition des hommes ! A peine l'esprit est-il parvenu au point de sa maturité,
    le corps commence à s'affaiblir.

    (Montesquieu)

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

    Cliquez sur l'image pour lire le texte.

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

     

    L'endroit le plus érotique d'un corps n'est-il pas là où le vêtement baille ?
    (Roland Barthes) 

     

     

    Ecoutez:  Yseult - Corps

     

     

     

    Après cette longue visite fatigante, un petit bain de pieds dans la fontaine de l'Espace
    Van Gogh ne peut pas faire de mal :-)

    La pause fraîcheur.

     

    Une semaine à Arles. (Sixième semaine !)

    Je réclame le droit de rêver au tournant De la route Aux grands charmes de la promenade
    Le droit de m'émouvoir du monde maintenant Que s'approche la canonnade
    Je réclame le droit des hommes à pencher Leur visage anxieux au miroir des fontaines
    D'aimer les blés et de le dire D'y chercher Une douce paix incertaine
    Je réclame le droit de peindre mon pays.
    ( Louis Aragon)

     

     

    Bonne semaine, n'oubliez pas le guide. :-)
    Et restez chez vous !

     

    _____________ Cliquez sur les images pour les voir en grand ____________________


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique