• Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    Une cinquième série de photos des expositions des
    "Rencontres de la photographie"
    à Arles.

     

    La saga des inventions.

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     Cliquez sur l'image pour lire le texte.

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     

    C'est au moyen âge, dit-il, que nous devons les deux pires inventions de l'humanité :
    l'amour romanesque et la poudre à canon.

    (André Maurois)

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    Ce ne sont ni les chefs d’entreprise, ni les milliardaires, ni les hommes politiques qui changent
    le monde. Ce sont les scientifiques, les savants, les techniciens. Dans le passage du XXe au XXIe
    siècle, ce sont eux qui sont à l’origine des deux inventions les plus marquantes : le téléphone
    portable et Internet.

    (Michel Butor)

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    Le temps est une invention du mouvement. Celui qui ne bouge pas ne voit pas le temps passer.
    (Amélie Nothomb)

     

     

    Cathédrales Hermétiques - Laurence Aërgerter

     Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    Cliquez sur l'image pour lire le texte.

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    Pour la reconstruction de Notre-Dame, je préférerais une cathédrale de Lego à une
    cathédrale de l'ego.

    (Marc Escayrol) 

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)


    Les usines sont les cathédrales des temps modernes.
    (François Michelin) 

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     

    Je préfère peindre les yeux des hommes que les cathédrales, car dans les yeux il y a quelque
    chose qu'il n'y a pas dans les cathédrales, même si elles sont majestueuses et qu'elles en imposent,
    l'âme d'un homme, même si c'est un gueux ou une fille de rue, est plus intéressante à mes yeux.

    (Vincent van Gogh)

     

     

    La Zone  - Aux portes de Paris.

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    Cliquez sur l'image pour lire le texte.

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    Lorsque le nénuphar, à force de grossir, a occupé la surface de l'étang, il finit par étouffer et
    crever. C'est donc la transformation du monde en vaste zone de misère qui est l'avenir de
    l'humanité.

    (Bernard Maris)

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     Cliquez sur l'image pour lire le texte.

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     Tout allait de travers. Les gens s’accrochaient aveuglément à la première bouée de sauvetage
    venue : le communisme, la diététique, le zen, le surf, la danse classique, l’hypnotisme, la dynamique
    de groupe, les orgies, le vélo, l’herbe, le catholicisme, les haltères, les voyages, le retrait intérieur,
    la cuisine végétarienne, l’Inde, la peinture, l’écriture, la sculpture, la musique, la profession de chef
    d’orchestre, les balades sac à dos, le yoga, la copulation, le jeu, l’alcool, zoner, les yaourts surgelés,
    Beethoven, Bach, Bouddha, le Christ, le H, le jus de carotte, le suicide, les costumes sur mesure,
    les voyages en avion, New York City, et soudain, tout se cassait la gueule, tout partait en fumée.
    Il fallait bien que les gens trouvent quelque chose à faire en attendant de mourir. Pour ma part,
    je trouvais plutôt sympa qu’on ait le choix.

    (Charles Bukowski)

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     La douceur n'est rien de gentil ni d'accommodant. La vie est violente. L'amour est violent.
    La douceur est violente. Si nous sommes tant surpris par la rudesse de la mort, c'est peut-être
    que nous avons mis nos vies dans des zones trop tempérées, tièdes, presque fausses.

    (Christian Bobin)

     

     

     

    Evokativ - Libuse JarcovJakova

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     L'imagination n'est qu'une mémoire évocatrice.
    (Antoine Albalat)

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

      Cliquez sur l'image pour lire le texte.

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    On ne peut penser sans mots. Notre esprit est ainsi fait que la formation d'une idée et
    l'évocation d'un mot qui la montre, sont un seul et même acte.

    (Jacques Folch-Ribas)

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     Et puis, de plus en plus, d'heure en heure, elle activait en lui l'évocation de l'autrefois!
    (Guy de Maupassant)

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    Je pense que si le parfum est le plus puissant évocateur de souvenirs, c'est que le nez est
    plus près du coeur que les yeux.

    (Hervé Le Tellier) 

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    On ne voyait personne. On entendait à peine le bruit d'un souffle. Il semblait que ce fût une
    évocation qui vous parlait à travers la cloison de la tombe.

    (Victor Hugo)

     

     

    Phénomènes - Marina Gardonneix

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     Cliquez sur l'image pour lire le texte.

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    L'exercice de la pensée, la recherche des idées, les contemplations tranquilles de la science nous
    prodiguent d'ineffables délices, indescriptibles comme tout ce qui participe de l'intelligence, dont
    les phénomènes sont invisibles à nos sens extérieurs.

    (Honoré de Balzac)

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    Cliquez sur l'image pour lire le texte.

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    Les retrouvailles sont des phénomènes si complexes qu'on ne devrait les effectuer qu'après un
    long apprentissage ou bien tout simplement les interdire.

    (Amélie Nothomb)

     

     

    Painted Ladies - Valérie Belin 

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    Cliquez sur l'image pour lire le texte.

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

     Il y a des femmes dont les yeux sont comme des morceaux de sucre
    (Éluard)

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    On peut considérer mon travail comme une tentative obsessionnelle d'appropriation du réel
    (Valérie Belin)
     

     

     

    Après une aussi longue visite, il est temps de prendre une pause...

     

    Une semaine à Arles. (Cinquième semaine !)

    L'autre jour à la pause j'entends une ouvrière dire à un de ses collègues "Tu te rends compte
    aujourd'hui c'est tellement speed que j'ai même pas le temps de chanter ".  Je crois que c'est
    une des phrases les plus belles les plus vraies et les plus dures qui aient jamais été dites sur la
    condition ouvrière.
    (Joseph Ponthus)

     

     

    Bonne semaine, n'oubliez pas le guide. :-)

     

    _____________ Cliquez sur les images pour les voir en grand ____________________

    « Serra Pelada (Salgado - Polka)la Pause (en Noir & Blanc) »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 17 Février à 08:48

    Je n'imagine même pas le nombre d'heures qu'il t'a fallu pour peaufiner cet excellent reportage. Et j'espère qu'il n'y aura pas que moi pour te le dire. Bravo et merci. Pour le détail, je te dirai au fur et à mesure sur Aminus, en revenant peut-être  sur les images qui sont ici sans être là-bas. Bonne journée !
    Bonne semaine !

      • Dimanche 23 Février à 19:55

        Un certain temps (comme disait Fernand Raynaud ) :-))

        Immense merci à toi Nikole.

    2
    Mardi 25 Février à 14:56

    Ha, le Joseph Ponthus... excellente référence.

      • Mardi 25 Février à 19:49

        C'est presque un Lorrain, on peut donc dire "Le Joseph" ... :-))

        Merci beaucoup MamLéa

        Bonne semaine.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :